Village d' Herlies - Nord - Hauts de France
Village d' Herlies - Nord - Hauts de France
Village d' Herlies - Nord - Hauts de France
Les étangs
Village d' Herlies - Nord - Hauts de France
Village d' Herlies - Nord - Hauts de France
Village d' Herlies - Nord - Hauts de France
Camping
Village d' Herlies - Nord - Hauts de France
Eglise
Actualités Mairie
Herlies, Dimanche 27 Mai 2018, 20 °C, Ensoleillé

PARC D' ACTIVITÉS

16/04/2018
PARC D' ACTIVITÉS

Où en est le projet décrié de parc d’activités ? Un comité créé… pour temporiser ... (La Voix du Nord du 14 avril)

1. Pourquoi un comité
Vu le vent de contestation soulevé par le projet – pétition, manifestation, etc. – il fallait agir. L’une des réponses des élus, c’est ce comité consultatif. Il rassemble une quinzaine de personnes, dont Éric Delbende, président de l’association d’opposants Weppes dynamisme et ruralité, l’association de commerçants, des élus, des riverains ou encore l’aménageur, IRD. Lors de la première réunion qui a eu lieu en mars, tous les projets ont été présentés. « La discussion a été ouverte », explique Éric Delbende.

Un comité consultatif a été créé pour réfléchir au décrié projet de parc d’activités. Éric Delbende, président de l’association d’opposants Weppes Dynamisme et ruralité en fait partie.

2. Pourquoi ça coince (encore)
Malgré le comité, difficile, pour la majorité, d’être audible face à des opposants très méfiants. « Pourquoi le permis de Recynov n’est pas encore retiré ? », a-t-il été demandé lors du dernier conseil, où le sujet a été abordé. « C’est en cours », a répondu la maire, Marie-Françoise Auger.

3. Pourquoi le projet Vandenbulcke est en suspens
Quand nous avions rencontré les dirigeants de Vandenbulcke, ils espéraient un début des travaux mi-mars. Aujourd’hui, point de pelleteuses sur le site. Avec Recynov (abandonné) le projet était l’autre point de crispation. « On a réaffirmé notre position contre, lors du comité. Tant qu’il y aura cette épée de Damoclès, on restera vigilants », explique Éric Delbende. Bref, aujourd’hui, les élus disent attendre les études d’impact, avant de réexaminer le projet… à l’automne.

4. Pourquoi le projet Coustenoble fait (aussi) débat

Encore un sujet de division, celui du projet Coustenoble. Ce médecin a, depuis des années, l’ambition de créer un pôle santé pour « vieillir en bonne santé ». Pour les opposants, la santé et les loisirs, c’est la vocation idéale de toute la zone. Mais la municipalité, elle, ne croit pas au projet Coustenoble, expliquant n’avoir reçu élément concret, depuis des années. Lors du dernier conseil, l’homme qui était dans le public, a même été pris à partie par les élus de la majorité : « Ça fait combien d’années qu’on parle de tout ça, et vous nous faites croire que ça va sortir de terre un jour ? » « Bien sûr ! », a répondu l’intéressé.

13 projets validés
Treize projets ont été validés par le comité (pour ceux de Coustenoble et Tourbez, le groupe a demandé plus d’informations). Voici les sociétés prévues.

– Santé et loisirs. Côté santé, arriveront un prothésiste dentaire, un chirurgien dentaire et un orthodontiste. Côté loisirs, une activité très originale de vague de surf indoor (complétant la piscine) est prévue !

– Automobile, BTP et bâtiment. Sont prévus des garages (Automobile des Weppes), des concessions et un centre de contrôle technique ; une société de construction de voirie (Ambiances TP), un transporteur (PLTM) et un grossiste en matériel électrique (Ardelec énergies).

– Autres. Enfin, compléteront normalement le tableau une activité de vente de fleurs artificielles (D. Soies), de produits de conditionnements (RDS prestations) et une chambre funéraire (Huchette).

Recynov, on refait le match
Cette entreprise basée au port de Santes, qui fait de la démolition, a fait machine arrière après le vent de protestation. Lors du dernier conseil, Benoît Delos, cinquième adjoint, a déclaré qu’il avait failli démissionner à ce moment-là. « Vous (l’opposition) nous avez alertés sur Recynov. Dans la manière où c’était présenté, comme un village des artisans, on trouvait que ça avait du sens. Je n’ai pas vu le loup. Mais on est allés un mercredi à Santes. Et le projet a grandi en taille. Alors, j’ai dit : Recynov part ou je démissionne. »